François Roddier a publié en 2012 Thermodynamique de l’évolution : Un essai de thermo-bio-sociologie, un livre qui fait la synthèse des nouveaux modèles d’évolution élaborés autour de l’hypothèse de « dissipation maximale d’énergie » (Maximum Entropy Production). Selon ces modèles, il serait possible de considérer que toute évolution serait motivée par la nécessité de toujours « consommer » plus d’énergie. Ces modèles, qui semblent bien vérifiés par les données issues de la réalité, font craindre une rupture pour les sociétés humaines, par consommation excessive des ressources et manque d’approvisionnement en énergie (pic pétrolier).

Lien vers l’article